ZORBA

JEUDI 2 AOUT - FOSSES DU CHATEAU DE BONAGUIL - 21H30

d’après  l’oeuvre  de  Nikos  Kazantzakis. 

  Libre  adaptation  et  mise  en  scène :  Eric  Bouvron    

 Avec :  Moussa  Maaskri  – Eric  Bouvron  – Isabelle  Andreani   Vanessa  Krycève  – Alexandre  Blazy  – Katerina  Fotinaki.          

Musique  originale :  Katerina  Fotinaki    

Création  Lumières :  Edwin  Garnier  

Costumes :  Virginie  Houdinière  

Assistante  à  la  mise  en  scène :  Elizabeth  Brownhill  

Assistante  à  traduction  française :  Christiane  Moinet  

©  Niki  Stavrou  

Les festivaliers  présents s’en souviennent, Eric Bouvron nous avait transportés en 2016, avec Les Cavaliers (d’après Joseph Kessel), pièce pour laquelle il avait remporté le Molière du meilleur spectacle. Il nous revient avec l’adaptation d’une oeuvre célèbre de la littérature, Zorba le Grec. Nul doute que ce nouveau voyage devrait être également de toute beauté…  

Nous   sommes   dans  les  années  1920. Après  quatre  cents   ans  de   rébellion  contre  l’occupation  ottomane, la  Crète  vient  de  retrouver  son   indépendance. Nikos,  un auteur, se  sent  emprisonné   par  son  obsession  pour  les  livres  et  l’écriture. Il  loue  une  mine  délabrée   sur  cette  île  pour  vivre  “la  vraie  vie”, parmi  les  ouvriers  et  les  gens   “ordinaires”. Il   rencontre  et   embauche  un  macédonien  de  65  ans,  Zorba,  un  homme  à  tout  faire. Ce  Zorba,  qui  a  tant  vécu,  va  initier  Nikos  aux  mystères  de  la  vie :  la  danse,  la  musique,  le  vin  et   surtout  ce  mystère, qui  est  la  Femme…

C’est  une  histoire  qui  parle  de  nous. Un  miroir  de  notre  existence   fragile. Et  en  même  temps  un  compas  et  un  guide  de  comment  vivre  et   accepter  de  Vivre, avec  un  V  majuscule, cette  vie  éphémère. ZORBA  est   une  bible. Dans  mon  adaptation,  j’ai  choisi  de  mettre  l’accent  des  actions  des   personnages  principaux  sur  le  thème  de  la  femme.  À  travers  ce  thème, je  tente  d’extraire  l’essence  des  autres  thèmes  principaux :  la  vie,  la mort, la religion, la politique, les traditions,  l’homme, la  femme, l’âge…  que Kazantzakis avait besoin d’exprimer…  de  sublimer. Plus encore, c’est une histoire, une histoire  amusante,  où  la  musique, la danse, la comédie  et  la tragédie  se  mêlent  pour  nous  embarquer  en voyage. Un  voyage  à  l‘ile  historique  de  Crète, un  voyage  dans  l’immense  univers  de  Kazantzakis, un  voyage  vers  notre  intérieur  profond. ” 

Eric  Bouvron